Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 décembre 2013 7 08 /12 /décembre /2013 16:15

Finalement j'ai pu me libérer ce samedi 7 décembre pour participer au téléthon. Thierry, dans le cadre de son association de quartier de St Bathélémy, organise chaque année un défi télèthon de 200km.

Départ à 7h du matin d'un groupe de 50 cyclos. Il fait froid, -3°C, et pour l'instant il ne fait pas jour. Dès que nous sortons des zones d'agglomération éclairées, nous constatons que les éclairages de nos vélos sont peu efficaces. Heureusement, que les motos de l'organisation (5 motos) roulent en parallèle du peloton ce qui nous permet de bénéficier de l'éclairage des phares. Nous roulons sur la levée de la Loire en direction de la Daguenière puis la Ménitré où nous avons un premier arrêt café avec croissant. En repartant, vers 8h, nous apprécions tous la levée du jour car il faut reconnaitre que rouler en peloton de nuit, est sacrément stressant. Nous pouvons admirer la Loire que nous suivons jusqu'aux Rosiers-sur-Loire. Le paysage sous un brouillard givré est magnifique. A Gennes, nous prenons la direction de Martigné-Briand, qui nous fait passer la première côte avant Louerre où un point chaud est prévu. En effet, le rythme s'accélère brutalement et le peloton éclate de toute part. Beaucoup comme moi, pas encore réchauffé, préfère laisser filer. Un regroupement s'effectue quelques kms plus loin. Le soleil fait son apparition, c'est sûr il va faire beau mais pour l'instant la température n'est pas encore suffisante pour faire fondre le givre sur les bas côtés de la route. Martigné-Briand puis Aubigné-sur-Layon où nous changeons de direction vers l'ouest. A Faveraye-Mâchelles un nouvel arrêt est prévu pour un vin ou un chocolat chaud bien apprécié pris dans un sous-sol chauffé d'un pavillon. Merci aux propriétaires de cette maison pour l'accueil très sympatique. Nous sommes au soixantième km, et nous repartons vers Valanjou. La température est maintenant positive, le givre fond, et je commence à retirer une épaisseur de coupe vent. De temps à autre Thierry fait ralentir la tête du peloton pour que nous puissions rester groupés. C'est l'esprit de cette randonnée: arriver tous ensemble au bout de ce défi. Le groupe assez homogène avance bon train à une moyenne de 28,5km/h, pas de vent, beau soleil; des conditions idéales. Soudainement, grand coup de frein à l'avant et patatras! un cyclo fait un soleil par-dessus son vélo. Une voiture débouchant d'une route à droite a coupé la route du peloton. Claude, un cyclo de St Sylvain d'Anjou est au sol, le visage tuméfié et il se plaint de son épaule gauche. Les pompiers appelés arrivent rapidement et prennent en charge l'ami Claude en direction de l'hôpital de Cholet. Le défi continue sa route vers Chemillé, Jallais où nous changeons à nouveau de direction vers le nord par le Pin-en-Mauges, Beausse et Le-Mesnil-en-Vallée où nous sommes accueillis par une adjointe à la municipalité dans une salle chauffée pour la pause déjeuner. Les organisteurs ont tout prévu, petit apéro suivi d'un plateau repas pour chaque cyclo. Mais il faut repartir, il reste 85km et les jambes commencent à être un peu lourdes après cette pause déjeuner. Nous traversons la Loire à Ingrandes vers St Sigismond, Vilmoisan et Bécon-les Granits; ce passage est difficile et les côtes bien connues des cyclistes. St Clément-de-la-Place puis en direction de Grez-Neuville, nous marquons une petite pause pour se ravitailler au camion. Le rythme s'accèlère avant Feneu puis Briollay; cela sent l'écurie. Petit arrêt ravitaillement à nouveau à St Sylvain-d'Anjou. Pas trop long car maintenant que le soleil est couché il fait beaucoup plus froid et la nuit tombe. Il reste juste le final par Le Plessis-Grammoire, Trélazé et enfin St Barthélémy où nous sommes accueillis à la salle de la Gemmetrie où quelques animations téléthon se déroulent.

Merci à Thierry et son équipe pour l'organisation de défi rondement menéee qui à rapporté plus de 1000€ à l'AFM Tèlèthon. Bravo à ce comité de quartier de St Barthélémy.

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2013 1 07 /10 /octobre /2013 07:45

Nous nous retrouvons à 8 ASPC au départ de la randonnée de St Sylvain à 8h15: Paul, Alain, Philippe J, Philippe P, Jo, André, Jef, Rémi. C'est parti sur un circuit très bien flèché qui nous ramène vers la ville d'Angers en suivant la Sarthe puis la Maine que nous traversons par le pont du tramway. Nous remontons alors la Mayenne jusqu'à Cantenay Epinard puis nous contournons Feneu, lieu du ravitaillement. Jusque là, pas de difficulté, le terrain est sec, et plat; le groupe est sympa, les plus costauds, les plus jeunes, sont très indulgents avec nous les plus vieux, ils nous attendent. Nous passons à Soulaire-et-Bourg puis nous effectuons une toute petite boucle au lieu-dit "Noyant" qui nous fait passer par un chemin très pentu. Heureusement André à la bonne idée de crever au pied de la bosse ce qui nous permet à nous les plus faibles de monter à un rythme pépère. Bien oui, c'est que en VTT la fameuse règle de la pulsation cardiaque max : 220-l'âge se vérifie complètement; surtout dans les montées. Retour vers Pellouailles-les-Vignes à vive allure puis St Sylvain-d'Anjou.

Belle randonnée, très bonne ambiance dans le groupe ASPC; à renouveler.

Partager cet article
Repost0
14 septembre 2013 6 14 /09 /septembre /2013 11:42

C’est une randonnée cyclotouriste organisée conjointement avec les clubs des deux localités. Ce sont nos amis Jean-yves et Françoise qui nous ont motivés : Etienne et Geneviève en tandem et moi en solo. Jean-Yves et Françoise ont tout prévu au niveau de l’intendance, nous sommes hébergés prêt de Lisieux le vendredi soir chez Lionel et Marie-Jo, un couple de cousins. Le départ est à Levallois ce samedi matin entre 6h15 et 7h30 ; mais d’abord il faut se rendre à Levallois à 160km de Lisieux. Donc réveil à 2h30 pour un départ en voiture à 3h15. Sur le trajet il pleut par intermittence, ce n’est pas bon pour le moral des troupes. Arrivée au point de départ à 5h45, nous préparons nos vélos et tandems en attendant l’ouverture de la remise des dossiers à 6h15. Françoise et Geneviève font la queue car il y a déjà un grand nombre de cyclos prêts à partir. En effet, à 6h15 les premiers servis après avoir accroché la plaque de cadre s’élancent pour l’aventure dans les rues bien éclairées de la banlieue parisienne. A mon tour, à 6h25, j’abandonne mes amis tandemistes à leur destin et je suis un groupe qui me semble bien connaître l’itinéraire. Rapidement, je comprends qu’il faut suivre le balisage LH (Levallois-Honfleur) peint en blanc sur le bitume. Cela me rassure de suivre un groupe en sortie de Paris car souvent, nous roulons sur des routes très larges à deux fois deux voies et sans le groupe, je me serai demandé si des vélos sont vraiment autorisés sur de telles routes. Au 10ème km nous voilà déjà dans une belle montée et le groupe est fortement étiré. Il fait nuit, il pleut, la circulation commence à s’intensifier, des feux tricolores à répétition ; tout cela est sacrément stressant. De plus quelques cyclos n’ont aucun éclairage, incroyable qu’ont puisse être aussi inconscient du danger. Mon groupe ne roule pas très vite, mais le vent est défavorable donc pas question pour moi de faire le malin devant. Au 30ème km un groupe plus rapide nous rattrape, je saute dedans. Bien la pluie n’est pas très forte, je suis déjà trempé et je suis déjà un peu en galère ; d’ailleurs dans la montée de Montainville j’ai du mal à me maintenir dans la tête du groupe. Premier contrôle à Thoiry, je pointe et je repars immédiatement. Il n’y a plus de peloton, on roule à 5 avec un certain Marcel qui comme moi fait figure de vétéran. C’est vraiment difficile, le vent de face est usant, et il pleut toujours. Enfin un gros groupe nous rejoint ; c’est plus facile pour s’abriter. Avant Epieds, 85ème km, nous doublons un groupe d’une quinzaine de cyclistes, au pied  d’une longue côte. Et là à l’arrière du peloton, je me fais surprendre par une accélération qui scinde mon groupe en deux. J’essaie de revenir sur les six jeunes fuyards, mais trop tard. Je me retrouve en chasse patate sur une petite route très exposée au vent sans aucune haie complètement scotché au bitume. Arrêt pipi, en attendant le groupe à l’arrière, car contre un tel vent, il vaut mieux rouler en groupe. Au fil des kms mon groupe s’étiole, et nous ne sommes plus que cinq, dont Marcel. A Glisolles, 120 ème km ; contrôle et ravitaillement. Je suis surpris de voir très peu de cyclistes s’arrêter manger, en fait beaucoup se ravitaille près de leurs accompagnateurs qui les suivent sur un itinéraire parallèle. Je pointe, je mange très rapidement et je repars seul, toujours sous ce crachin, et le nez dans le vent ; j’ai froid, j’ai bien peur que le final soit une grosse galère. A la sortie du village, dans une longue côte, j’attends que cela revienne de l’arrière. Deux petits jeunes, environ 17 et 18 ans me rejoignent, suivis d’un trio qui me fait un courant d’air au passage. Je dois sprinter pour rester dans leur sillage au sommet de la côte. Ah ! ils m’ont réveillé ces trois jeunes coureurs, c’est vraiment une aubaine, ils ne me demandent rien, je n’ai jusqu’à suivre. Les deux petits jeunes ont réussi à s’accrocher aussi, nous voilà 6, puis on rattrape Marcel, nous voilà 7. Vers 11h15, la pluie a cessé, à l’abri derrière les trois coureurs, cela devient presque facile. J’apprends, qu’ils ne font pas la LH, ils sont partis ce matin de Thoiry et ils font une séance d’entraînement jusqu’à Honfleur en suivant l’itinéraire de la LH. La mauvaise nouvelle, c’est qu’ils vont faire une pause déjeuner à Beaumont-le-Roger, 145 ème km. A partir de là, je me retrouve avec Marcel et les deux petits jeunes dans nos roues face à ce vent qui s’intensifie. On est rejoint par un groupe de 5 au pied de la côte avant Brionne 158 ème km, à nouveau le groupe éclate sous l’impulsion des deux petits jeunes qu’on ne voit devant que dans les côtes. Marcel en fait les frais avec d’autres, et c’est à cinq que l’on rejoint Honfleur complètement usé par ce vent qui ne nous a pas lâché de la journée. Danièle est là et m’indique le lieu de pointage dans le grenier à sel. Mes quatre compagnons ont disparu dans la foule présente ici, non pas pour attendre les cyclistes, mais pour la fête de la crevette de Honfleur. C’est bizarre que les 4 autres cyclistes ne pointent pas ! mais c’est vrai qu’ils n’avait pas de plaque de cadre ! des squatters ? Au pointage, à 14h40, j’apprends que je suis le 3ème cyclo d’arrivé. J’apprends aussi que sur les 2829 participants, il y a eu beaucoup d’abandons lié aux conditions météo.

Bon, çà c’est fait. Une petite balade dans les rues de Honfleur avec cette masse de touriste à la fête de la crevette en attendant l’arrivée de nos amis tandemistes. Ils arrivent tard dans la soirée, eux aussi très fatigués juste au moment où les organisateurs distribuent les récompenses aux clubs les mieux représentés. Mais il y a aussi un tirage au sort de 4 superbes lots : 1 GPS Garmin, 1 cadre de vélo nu et 2 vélos Lapierre. Vite je porte les bulletins des Cesbrons dans l’urne le temps qu’ils chargent les tandems sur la remorque. Là, un incroyable coup du sort arrive : Jean-yves gagne le GPS mais comme il n’est pas présent, sous mon insistance, les organisateurs mettent le lot en attente. Tirage suivant : Françoise gagne le vélo mais comme elle n’est pas présente, malgré mon insistance pour faire attendre, il est remis en jeu. Enfin Jean-yves et Françoise arrivent dans la salle ; vite Jean-yves saute sur le podium pour recevoir son GPS. Pas de chance, Monsieur n’a pas de carte d’identité sur lui …Les organisateurs remettent le GPS en jeu … Bien ces deux là peuvent jouer au tiercé…

Partager cet article
Repost0
31 août 2013 6 31 /08 /août /2013 18:57

Direction plein sud très tôt ce matin jusqu’à Compains départ de mon dernier itinéraire du séjour à Murol. Il fait seulement 6°C lorsque je monte sur mon vélo au col de la Chaumoune (1155m). Il n’y a pas un seul nuage, le soleil se lève provoquant des zones d’ombre et de lumière au gré des très nombreux mamelons dans cette partie du Massif Central, le « Cézallier ». Pendant 35km, je roule dans ce massif, à une altitude entre 1100m et 1300m ; il n’y a pas de forêt, ce ne sont que des immenses prairies très ondulées avec de très grandes parcelles clôturées pour séparer les innombrables troupeaux de vaches. Je crois que ce sont des bovins pour la viande avec les veaux en liberté avec leurs mères. Par deux fois, je vois une salle de traite ambulante en action ; on fait aussi des vaches laitières. Heureusement qu’il y a ces clôtures car je remarque que chaque troupeau de vaches est sous haute surveillance sexuelle d’un énorme taureau. Par deux fois, je croise quelques vaches sur la route qui se sont dérobées de leur enclos mais je n’aimerai pas croiser un taureau. Après quelques cols, je quitte ce paysage superbe pour descendre en altitude à 800m par Mazoires. Puis, je remonte à 1200m par la vallée Rentières via St-Alyre-Es-Montagnes où je termine ma rando via une belle route au milieu des immenses prairies ondulées du massif du Cézallier.

Belle rando avec 75km, 1500m de D+, 6 cols

Partager cet article
Repost0
30 août 2013 5 30 /08 /août /2013 18:56

C’est jour de VTT aujourd’hui. En fait, dans le département du Puy de Dôme, il y a un très grand nombre de circuits VTT balisés (plus de 60) mais il n’y a pas de cols accessibles en VVT ; j’en ai seulement trouvé un à proximité du col routier de la Croix Morand. Comme ce n’est pas très loin de mon hébergement à Murol, ce matin, en VTT j’entreprends la montée du col de la Croix Morand (1401m) que j’ai déjà escaladée deux fois par la route; puis, dans la descente, 500m après ce col, j’emprunte un chemin qui me conduit au col de Diane (1425m).

Petite journée aujourd’hui avec 35km, 700m de D+, et 1 col.

Partager cet article
Repost0
29 août 2013 4 29 /08 /août /2013 19:10

Beau temps annoncé par la météo pour aujourd’hui mais à 8h, il ne fait que 8°C. C’est entre Issoire et Clermont-Ferrand que se déroule mon itinéraire de 65km motivé par 4 petits cols. Je suis donc vers le sud-est de Clermont-Ferrand, et les paysages sont complètement différents. Il n’y plus les forêts qui alternent avec les immenses pâtures jonchées de troupeaux de vaches Salers. C’est maintenant des cultures de maïs et de diverses céréales sur des surfaces qui restent encore fortement vallonnées. Je pensais que ces 4 petits cols de faible altitude (<700m) ne me poseraient pas de problème dans ces paysages plutôt arrondis mais c’était sans compter sur l’un d’entre eux, le col des Goules (698m). Pour escalader ce col, j’ai traversé le village de Gergovie avec des pourcentages à couper le souffle ; presqu’aussi forts que la montée du Chevalard dans la banlieue nord de Clermont-Ferrand. Le sommet de ce col permet d’accéder au plateau de Gergovie situé juste au sud de Clermont-Ferrand. A ce jour, ces deux montées : le Chevalard et le col des Goules sont de loin les plus difficiles de mon séjour dans le Puy- de-Dôme.

Partager cet article
Repost0
28 août 2013 3 28 /08 /août /2013 19:49

Petit circuit ce matin de 55km pour aller à Besse-et-St-Anastaise et à Super-Besse. Au-dessus de la station de ski de Super-Besse, il y a le col de La Geneste (1372m) à cueillir. Le village de Besse-et-St-Anastaise est vraiment très agréable à découvrir avec ses nombreuses rues piétonnes, nous ne manquerons pas de revenir l’après-midi pour mieux l’apprécier. De même, sur mon parcours, en allant dénicher le col de la feuille (880m) j’ai découvert le site des Grottes troglodytes de la Jonas ; c’est aussi un but de visite pour l’après midi.

Partager cet article
Repost0
27 août 2013 2 27 /08 /août /2013 20:02

Sortie programmée ce matin de 75km avec 7 cols. L’itinéraire contourne la ville de Clermont-Ferrand en partant par le sud-ouest, remontant vers le nord de la ville en passant par le superbe village de Châteaugay. Puis, plein sud pour rentrer dans la ville de Clermont-Ferrand par le nord-est. Mais, juste avant, le clou de la randonnée est l’ascension du col du Chevalard. C’est un col et aussi un BIG qui culmine seulement à 549m. Je me méfie de cette montée, car souvent les BIGs réservent des surprises. Celle-ci est de taille, les 200m de dénivelé se font avec une pente peut être supérieure à 25% ; je crois que je n’ais jamais monté une telle pente à vélo. En regardant le détail de cette montée, je m’aperçois que sur les deux accès possibles, j’ai pris la route la plus courte mais sûrement la plus pentue. Retour en traversant le nord de la ville, pour terminer la sortie sur des routes à grande circulation avec la pluie qui finalement s’invite dans les derniers km.

Partager cet article
Repost0
26 août 2013 1 26 /08 /août /2013 18:44

Bonne sortie vélo ce matin sur un itinéraire de 85km qui me permet de passer 6 cols dont les plus connus : La croix Morand (1401m), la Croix st Robert (1451m) et le col de Guéry (1268m) en passant par les villes Mont-Dore et la Bourboule que nous prévoyons visiter pendant notre séjour. Cet après midi, visite du château de Murol et tour du lac Chambon en VTT.

Partager cet article
Repost0
9 août 2013 5 09 /08 /août /2013 08:53

La Senda de Camille est une randonnée pédestre dans les Pyrénées organisée par "Activa" un tour opérateur espagnol. C'est une boucle de 6 étapes qui nous emmène de refuge en refuge; 2 étapes et demi coté France, et 3 étapes et demi côté Espagne. J'ai connu l'existance de cette randonnée en 2012, lors de notre périple sur le GR10. A l'allée, côté France, cette randonnée prend place autour de la frontière Franco-Espagnole entre la vallée d'Aspe (col du Somport) et la vallée de la Pierre St Martin (col de la Pierre St Martin) avec retour par le versant espagnol.

Gilles Graveleau et Jérôme Pillot m'ont accompagné sur ce périple.

 

Lire le récit de randonnée

Photos de la randonnée

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de cyclomania
  • : Cyclomania raconte ses péripéties cyclopédiques: sorties du dimanche matin dans son club ASPC, brevets,randonnées, chasse aux cols et BIG...
  • Contact

Recherche

Pages

Liens